Sélectionner une page
0 Partages

La fin de gastro est imminente et je suis toujours le seul survivant…

Qu’on se le dise, écrire une page de vente n’est pas facile.
Ce ne sont peut-être que de simples mots couchés sur une page blanche, mais ça va bien plus loin que ça.

Si quelqu’un t’a dit que c’était facile, donne lui une baffe de ma part (^^).
Et s’il t’a dit que tu pouvais te payer un copywriter sur Fiverr pour 5 euros, donne lui en une 2ème stp.

Par contre, les mécanismes qui s’y cachent sont assez simples à comprendre.
Et j’aimerai te les expliquer aujourd’hui.

À ton avis, qu’est-ce qui fait toute la différence entre ma page de vente qui convertit à plus de 7% (parfois jusqu’à 12), sur du trafic froid ?
Comparé à une autre qui ne vendrait pas un iota ?

J’aurai bien envie de te dire que c’est ma tronche… mais non.

Le secret caché là-dessous, il est simple.
Je connais mon audience.
Je sais ce qu’elle veut.
Et ?
Je leur donne.

Il te sera toujours plus facile de convaincre ton meilleur ami sur un sujet que tu maitrises qu’un illustre inconnu de t’acheter un produit que tu ne connais même pas.

Dans un cas, tu connais la personne (et le produit / l’offre / le problème à résoudre).
Dans l’autre cas, tu ne connais rien.

Et même si on créait un cercle qui regroupe tous les meilleurs copywriter de la planète (morts compris), ils ne pourraient rien faire pour toi.
Ce ne sont pas des magiciens…

Remarque si, ce sont des magiciens.
Parce qu’ils savent détourner ton attention sur ce qui est important (le problème que tu veux résoudre).
Et qu’ils ont un « truc » qui explique leur tour de magie.

Ce truc, c’est la connaissance de son marché.

Par contre, ce ne sont pas des sorciers.
Ils n’ont pas de pouvoir cosmique ou je ne sais quoi.

Ils ne peuvent pas bien vendre s’ils n’ont pas les ingrédients indispensables sur leur paillasse de laboratoire.
À savoir : connaissance du marché et connaissance de l’offre.

Dans ma page de vente, c’est ce que j’ai travaillé en premier.
Pour ensuite m’attarder sur l’écriture.

La première version n’était pas parfaite.
Je l’ai écrit d’une traite.
Sans réfléchir.

Et les résultats étaient d’ailleurs moyen.

Puis, j’ai mis le doigt sur des éléments manquants dans ma structure.
Des choses essentielles pour inspirer confiance aux gens qui me lisent.

Jusqu’à tester des détails.
Qui, mis bout à bout, m’ont fait grimper mes taux de ventes.
(Et je suis sûr qu’on peut faire encore mieux !).

J’en profite pour revenir sur un point essentiel de ta page de vente.

Ce point, je l’ai abordé hier en partie.
Et pour l’illustrer, j’ai une histoire à te raconter…

Hier, pour la 45ème fois (en vrai, je n’ai pas fait le compte), je suis tombé sur un post dans un groupe Facebook que je suis.
La personne demande des avis pour sa page de vente.
Jusqu’ici, tout est normal.

En réponse, qu’est-ce qu’on y trouve à ton avis ?

Des avis et critiques très constructives.
Des jugements personnels (toujours positifs) sur des détails.
Une phrase qui est mal comprise.
Un mot qu’il faudrait changer.
Une accroche qui ne plait pas.

Le problème avec ça ?

C’est que les gens qui donnent leur conseils font plusieurs erreurs (sans le vouloir).

… Ils font des hypothèses sur un marché qu’ils ne connaissent en général pas bien.
Le tout en parlant avec ce qui les touche EUX ou ne les touche pas.

… Ils s’attardent aussi sur des détails qui n’ont que très peu d’impact si tout le reste n’est pas bien construit.

Et le pire, comme je le disais hier, c’est que dans 90% des cas, on a affaire…
Non pas à des pages de vente.
Mais à des pages de présentation de produit.

En mode « je te vends mon truc, sans préliminaire ».

Pour que ça fonctionne, il faut suivre le raisonnement logique d’une personne.
Il faut lui faire accepter l’idée qu’elle a un problème qui ne peut plus durer.
Que les solutions qu’elle utilise jusqu’ici ne fonctionnent pas.
Et qu’elle doit agir.
Maintenant.

Pour qu’elle est le déclic émotionnel.
Qu’elle se dise « oui, je veux résoudre mon problème ».

Tout le travail de ta page de vente, c’est juste ça.

Faire prendre conscience aux gens que tu peux les aider.
Et leur démontrer que t’en aies capable.

Donc le paradoxe…
C’est que pour ça, tu dois leur prouver que ton produit est fait pour eux.
Mais comme tu ne veux rien leur vendre (et qu’eux ne veulent rien acheter), tu dois trouver un moyen subtile de leur en faire prendre conscience AVANT de présenter ton produit.

Oui, je sais.
Pas simple.

C’est tout l’art du copywriting.

Et toute la puissance d’une bonne structure de page de vente.
Comme celle que j’ai utilisée pour vendre Le P’tit Condensé du Marketing.
(Qui continue de vendre.
Encore et encore… comme une horloge suisse.
Qu’importe les saisons).

D’où ma nouvelle formation où j’analyse devant tes yeux ma page de vente.
Sans filtre.

Tu entres directement dans mon laboratoire secret.
Je te montre mes chiffres (sans rétention),
ma structure (exacte et détaillée),
et pourquoi j’ai fait comme ci ou comme ça.

Tu n’as plus qu’à copier-coller le modèle.
(Et surtout, l’adapter à ton audience).

Si ça t’intéresse : C’est juste ici (et c’est en promo jusqu’à demain soir, dimanche 3 février minuit).

++

0 Partages
1
Hello,
Comment est-ce que je peux t'aider ?
Clique sur la flèche pour que l'on discute tous les 2 :-)
Fabien
Powered by